Retour


Mercredi 7 mai 2014
Si je tombe

Jeudi 7 Février 2013 – 17h23

Il m’est arrivé au cours d’une période de délire de me croire au bord d’un gouffre immense, hotte aspirante entourée de vertiges. Ma chute semblait inévitable, une multitude de gens en passe de se faire happer, prêts à tomber, poussaient, poussaient sans faire exprès, incapable de se retenir, amenés là par une force plus grande que leurs masses réunies, impossible à contrer. Une sorte de bulldozer géant en effet ratissait tout ce monde vers le précipice. Aucune personne n’avait envie de tomber.

C’est alors que l’idée a germé. Si le gouffre pouvait nous avaler un à un il n’aurait plus de pouvoir si nous tombions ensemble liés les uns aux autres. Si on donne un gros morceau de viande à une bête même incroyablement vorace, féroce et avec des dents pointus, elle peut étouffer d’en ingurgiter trop ou si elle a déjà avalé une partie et que celle-ci ne se découpe pas et reste collé à celle qui n’est pas encore dans son gosier, elle manquera d’air tôt ou tard, même un gouffre a besoin de respirer pour rester en vie. Ainsi liés, si je tombais, tous tombaient, si un seul tombait, tous nous le suivrions. Ce n’est pas que moi qu’il s’agissait de sauver mais tous par l’intermédiaire de mon propre lien.


Si je tombe tu tombes, si tu tombes je tombe.


Tisser mes liens est une mesure de survie, si un jour le gouffre tente à nouveau de m’aspirer ou si quelqu’un me pousse, une réaction en chaine fera que quoiqu’il arrive nos liens empêcheront la chute. Peut-être même que comme ça on arrivera à tuer le gouffre.


Si tu tombes je tombe, si je tombe tu tombes


Myriam Eyann



 

Deux versions un peu différente de la prière de St Augustin

http://priere.la.autres.free.fr/saint_augustin.htm

http://users.skynet.be/prier/textes/PR0136.HTM



Controverse sur l'origine du texte supposé de Charles Peguy  sur le site officiel le concernant

http://www.charlespeguy.fr/news/30

 
Posté à 4:33 - 0 commentaire



Ajouter un commentaire


Votre commentaire sera validé après vérification.

Les champs en gras seront visibles sur mon site

Prénom ou Pseudo (*)
Email (*) 
Site web : http:// 
Message  (*) 
Adresse IP : 23.20.165.182
(*) champs obligatoires

 
Article précédent
Jusqu'au péril, la blessure Braque  
Article suivant
Tant qu'il y aura des pelotes à déméler  

Humeur

Clopin-clopant tout bascule en son propre contraire, et c'est grâce à cela que le monde ne cloche pas.

Bohumil Hrabal, Une trop bruyante solitude

 

Vidéos commentées

Onglet Dessin, sous onglet vidéos

Travaux récents

onglet dessin

Archives du blog

2017
2016
2015
2014
   décembre (2)
   novembre (2)
   octobre (2)
   septembre (2)
   aout (4)
   juillet (2)
   juin (2)
   mai (3)
   avril (2)